T2 réalise un guide sur les pollinisateurs

T2 Environnement rédige le contenu d’un guide d’aménagement d’habitats pour les pollinisateurs en emprise de transport d’électricité pour le compte d’Hydro-Québec.

Le guide offre une large place à la connaissance des pollinisateurs présents au Québec, à l’écologie des principaux groupes de pollinisateurs ainsi qu’aux nombreux biens et services écologiques associés à ces espèces. La section aménagement offre plusieurs pistes d’actions concrètes et simples permettant de mettre sur pied des projets d’aménagement bénéfiques aux pollinisateurs dans les emprises de transport d’électricité. Des outils de diagnostic sont proposés afin d’orienter les personnes intéressées à réaliser de tels aménagements en milieu agricole, naturel et urbain/industriel.

En attendant la parution de ce guide, Hydro-Québec présentera une conférence en collaboration avec la Maison du développement durable qui aura pour titre : Les emprises de transport d’énergie et les pollinisateurs : un duo bourdonnant! Cliquez sur ce  lien pour en apprendre davantage sur cette conférence qui se déroulera le 5 juin 2018 à la Maison du développement durable.

Venez en grand nombre!

Atelier de travail au CNRC

Le jeudi 5 mai  s’est déroulé un fructueux atelier de travail à l’institut de recherche en biotechnologie du Conseil national de recherche du Canada (CNRC). Des représentants des universités Laval et McGill, du CRNC, de Terra Viridis Innovations, de Tata Steel Minerals Canada (TSMC) et de T2 Environnement y étaient. Cet atelier, animé par T2, a permis de faire le point sur ce projet de R&D qui permettra de développer une approche de restauration écologique des haldes à stériles situées sur le site minier de TSMC localisé au nord de Schefferville. Merci à tous les participants et au Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT) qui finance en partie cette initiative.

Plan d’intervention pour le parc du Bois-de Brouage situé à Boucherville

T2 Environnement et Nova Sylva forme une heureuse alliance pour la réalisation du plan d’intervention pour le parc du Bois-de Brouage situé à Boucherville. Ce plan est requis compte tenu des ravages causés par l’agrile du frêne et de la présence d’espèces floristiques exotiques envahissantes tel que le nerprun ou l’impatiente de l’Himalaya.

La mise en œuvre de ce plan d’aménagement écosystémique permettra de maintenir en place les écosystèmes forestiers naturels du parc. Au total, 14 approches d’intervention sont proposées. Celles-ci couvrent toutes les étapes essentielles à la mise en place, au déploiement et au suivi du plan d’aménagement.

Ce projet permet de transformer une contrainte environnementale en opportunité de développement dont les usagers du parc et la population de Boucherville pourront bénéficier.

Bienvenue Camille

Avec une mère agronome et un père mordu de plein air, je n’avais pas vraiment d’autre choix que de moi-même développer un amour inconditionnel pour la nature (quoique mes frères désapprouveraient puisque tous les deux préfèrent amplement marcher dans des rues asphaltées en ville que dans des sentiers de randonnées). C’est suite à une visite chez la conseillère en orientation que j’ai découvert l’existence de cette profession qui correspondait si bien à ma personnalité et à mes passions : biologiste. On me la vendue comme étant un job de rêve et jusqu’à maintenant je n’ai vraiment pas été déçue!

Je me suis levée aux aurores pour capturer et baguer des oiseaux, j’ai barboté dans l’eau glaciale des cuvettes pour faire connaissance avec leurs habitants, j’ai écouté les grésillements de la radio d’une antenne télémétrique pendant des journées entières et j’ai passé un nombre incalculable d’heures en laboratoire à essayer d’identifier les divers trésors récoltés au cours de mes expéditions en nature! Ce sont ces belles aventures et bien d’autres qui ont fait grandir ma passion et qui m’ont poussé à chercher encore plus de réponses aux questions qui sont de plus en plus nombreuses au fil de mes explorations.

Originaire d’un petit village dans les fins fonds de la Montérégie, la ville de Sherbrooke m’a charmée dès ma première visite. Avec une proximité hors pair avec la nature et ses grands espaces verts comme Le Mont-Bellevue et Le Lac-des-Nations, j’ai décidé que c’était l’endroit idéal pour faire mes quatre années de baccalauréat en écologie. Suite à mes études, j’ai même décidé d’y rester (du moins pour un bout de temps) avec mon copain et mes deux petites rattes domestiques!

Mon poste à T2 Environnement est mon premier vrai emploi en tant que biologiste, il m’offre de belles opportunités qui me permettent de développer ma passion et de me perfectionner en tant que professionnelle scientifique.

Collaboration fructueuse

T2 Environnement, Viridis Terra Innovations et l’université Laval  collaborent dans le cadre de tests d’hydro-ensemencement et de plantations de semis en préparation à la restauration de haldes à stériles d’une mine de fer. Ces travaux ont été réalisés à la fin octobre dans la région de schefferville.

Prenez le temps de consulter ces quelques photos:

Paysage dans le secteur du site expériental

Paysage dans le secteur du site expérimental

Irony Mountain

Irony Mountain

Pour le plaisir des yeux

Pour le plaisir des yeux

Le plaisir de recevoir notre matériel de travail après trois jours d'attente. Léonie Côté (U Laval) et Martin Beaudoin Nadeau (Terra Viridis Innovations)

Le plaisir de recevoir notre matériel de travail après trois jours d’attente. Léonie Côté (U Laval) et Martin Beaudoin Nadeau (Terra Viridis Innovations)

Tiges de saules coupées afin de les transformer en boutures. Léonie Côté (U Laval).

Tiges de saules coupées afin de les transformer en boutures. Léonie Côté (U Laval).

Semis d'épinettes noires

Semis d’épinettes noires

Préparation du site pour l'hydro-ensemenement. Daniel Tarte (T2 Environnement) et Martin Beaudoin Nadeau (Terra Viridis Innovations), en arrière-plan

Préparation du site pour l’hydro-ensemenement. Daniel Tarte (T2 Environnement) et Martin Beaudoin Nadeau (Terra Viridis Innovations), en arrière-plan

Appel de candidature

T2 Environnement est à la recherche d’un technicien forestier. Pour plus d’information cliquez ici: Lien.

Nous vous remercions à l’avance de l’intérêt porté à notre entreprise, TEnvironnement.

Reconnaître les milieux humides pour mieux les gérer et les valoriser

T2 Environnement publie une article sur les milieux humides dans le magazine Immobilier commercial de mai 2017. Cliquez ici pour lire l’article.

Nous profitons de l’occasion pour vous inviter à prendre connaissance du  projet de loi 132 concernant la conservation des milieux humides et hydriques.

Bonne lecture.

Remise du prix Distinction Biodiversité

Hugo, à titre de vice-président secteur Biodiversité chez Réseau Environnement, a remis le prix Distinctions Diversité biologique à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu lors de la Cérémonie des Distinctions qui a eu lieu le 22 mars 2017 à Montréal, à l’occasion du 12e salon international Americana.

Ce prix a été décerné à la Ville en raison de son engagement pour la conservation des milieux naturels présents sur son territoire.

Sur la photo de gauche à droite :

  • Marc-André Desjardins, président du conseil d’administration de Réseau Environnement;
  • Robert Cantin, conseiller municipal et président du comité environnement et développement durable de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu;
  • Michel Fecteau, maire de Saint-Jean-sur-Richelieu
  • Francine Van Winden, chef de la Division environnement et développement durable, Saint-Jean-sur-Richelieu;
  • Hugo Thibaudeau Robitaille, vice-président secteur Biodiversité de Réseau Environnement; et
  • Jean Lacroix, président-directeur général de Réseau Environnement.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

 

Plan de morcellement dans le cadre d’un projet de développement résidentiel

À l’automne dernier, T2 Environnement a réalisé un mandat de caractérisation et de délimitation de milieux humides et d’un cours d’eau sur un terrain d’une quarantaine d’hectares à vendre afin d’y réaliser un développement résidentiel. L’étude a confirmé la présence de plus de 15 ha de milieux humides et d’un cours d’eau. La présence de ces milieux constitue un frein majeur au potentiel de vente du terrain, car près de 50% du site est couvert d’écosystèmes légalement protégés.

Suite à ce constat, nous avons développé avec des urbanistes, en l’occurrence, Enviro 3D Conseils, un plan concept de morcellement respectant les contraintes et les opportunités environnementales et urbanistiques. Le plan concept permet la construction d’un maximum de résidences dans le respect de la législation municipale tout en minimisant les empiétements sur les milieux humides présents et en évitant d’impacter le littoral et les rives du cours d’eau.

Ce projet, réalisé à coût très compétitif, permet au vendeur d’obtenir une valeur réaliste de sa propriété ce qui facilitera sa vente et facilitera la promotion du projet auprès des autorités municipales concernées, le tout dans une perspective de développement durable et de protection des écosystèmes.

 

La présence de la carpe asiatique est confirmée au Québec

Le Dr Louis Bernatchez et son équipe, en collaboration avec le ministère des Forêts de la Faune et des Parcs, a confirmé la présence de la carpe asiatique dans les eaux québécoises. Le terme carpe asiatique regroupe quatre espèces : la carpe de roseau, la carpe à grosse tête, la carpe argentée et la carpe noire.

Les conséquences néfastes potentielles sont énormes pour nos écosystèmes aquatiques. Les carpes asiatiques sont bien présentes aux États-Unis et selon Le devoir, elles constituent plus de 90 % de la biomasse animale de la rivière Illinois à certains endroits. Il est donc normal de s’inquiéter face à la présence de ces espèces exotiques envahissantes qui semblent hors de contrôle une fois installées dans un plan d’eau. Toutefois, si la présence de ces espèces a pu être détectée grâce à l’analyse de L’ADN contenue dans l’eau, une technique relativement nouvelle utilisée par le Dr Bernatchez, il se pourrait que nous trouvions une façon de contrôler les populations de ces envahisseurs. Ces défis forcent à l’innovation et à la créativité.

Pour en savoir plus, il est possible de consulter les articles parus dans La Presse et dans Le Devoir. Pour en savoir plus sur la Chaire de recherche du Canada en génomique et conservation des ressources aquatiques et les travaux du Dr Bernatchez, consultez ce lien.