Aménagement écosystémique

Plan d’intervention pour le parc du Bois-de Brouage situé à Boucherville

T2 Environnement et Nova Sylva forme une heureuse alliance pour la réalisation du plan d’intervention pour le parc du Bois-de Brouage situé à Boucherville. Ce plan est requis compte tenu des ravages causés par l’agrile du frêne et de la présence d’espèces floristiques exotiques envahissantes tel que le nerprun ou l’impatiente de l’Himalaya.

La mise en œuvre de ce plan d’aménagement écosystémique permettra de maintenir en place les écosystèmes forestiers naturels du parc. Au total, 14 approches d’intervention sont proposées. Celles-ci couvrent toutes les étapes essentielles à la mise en place, au déploiement et au suivi du plan d’aménagement.

Ce projet permet de transformer une contrainte environnementale en opportunité de développement dont les usagers du parc et la population de Boucherville pourront bénéficier.

Camille Auger

Bienvenue Camille

Avec une mère agronome et un père mordu de plein air, je n’avais pas vraiment d’autre choix que de moi-même développer un amour inconditionnel pour la nature (quoique mes frères désapprouveraient puisque tous les deux préfèrent amplement marcher dans des rues asphaltées en ville que dans des sentiers de randonnées). C’est suite à une visite chez la conseillère en orientation que j’ai découvert l’existence de cette profession qui correspondait si bien à ma personnalité et à mes passions : biologiste. On me la vendue comme étant un job de rêve et jusqu’à maintenant je n’ai vraiment pas été déçue!

Je me suis levée aux aurores pour capturer et baguer des oiseaux, j’ai barboté dans l’eau glaciale des cuvettes pour faire connaissance avec leurs habitants, j’ai écouté les grésillements de la radio d’une antenne télémétrique pendant des journées entières et j’ai passé un nombre incalculable d’heures en laboratoire à essayer d’identifier les divers trésors récoltés au cours de mes expéditions en nature! Ce sont ces belles aventures et bien d’autres qui ont fait grandir ma passion et qui m’ont poussé à chercher encore plus de réponses aux questions qui sont de plus en plus nombreuses au fil de mes explorations.

Originaire d’un petit village dans les fins fonds de la Montérégie, la ville de Sherbrooke m’a charmée dès ma première visite. Avec une proximité hors pair avec la nature et ses grands espaces verts comme Le Mont-Bellevue et Le Lac-des-Nations, j’ai décidé que c’était l’endroit idéal pour faire mes quatre années de baccalauréat en écologie. Suite à mes études, j’ai même décidé d’y rester (du moins pour un bout de temps) avec mon copain et mes deux petites rattes domestiques!

Mon poste à T2 Environnement est mon premier vrai emploi en tant que biologiste, il m’offre de belles opportunités qui me permettent de développer ma passion et de me perfectionner en tant que professionnelle scientifique.

Inventaire forestier

Appel de candidature

T2 Environnement est à la recherche d’un technicien forestier. Pour plus d’information cliquez ici: Lien.

Nous vous remercions à l’avance de l’intérêt porté à notre entreprise, TEnvironnement.

Distinction diversité biologique 2017br

Remise du prix Distinction Biodiversité

Hugo, à titre de vice-président secteur Biodiversité chez Réseau Environnement, a remis le prix Distinctions Diversité biologique à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu lors de la Cérémonie des Distinctions qui a eu lieu le 22 mars 2017 à Montréal, à l’occasion du 12e salon international Americana.

Ce prix a été décerné à la Ville en raison de son engagement pour la conservation des milieux naturels présents sur son territoire.

Sur la photo de gauche à droite :

  • Marc-André Desjardins, président du conseil d’administration de Réseau Environnement;
  • Robert Cantin, conseiller municipal et président du comité environnement et développement durable de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu;
  • Michel Fecteau, maire de Saint-Jean-sur-Richelieu
  • Francine Van Winden, chef de la Division environnement et développement durable, Saint-Jean-sur-Richelieu;
  • Hugo Thibaudeau Robitaille, vice-président secteur Biodiversité de Réseau Environnement; et
  • Jean Lacroix, président-directeur général de Réseau Environnement.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

 

Carpe des roseaux

La présence de la carpe asiatique est confirmée au Québec

Le Dr Louis Bernatchez et son équipe, en collaboration avec le ministère des Forêts de la Faune et des Parcs, a confirmé la présence de la carpe asiatique dans les eaux québécoises. Le terme carpe asiatique regroupe quatre espèces : la carpe de roseau, la carpe à grosse tête, la carpe argentée et la carpe noire.

Les conséquences néfastes potentielles sont énormes pour nos écosystèmes aquatiques. Les carpes asiatiques sont bien présentes aux États-Unis et selon Le devoir, elles constituent plus de 90 % de la biomasse animale de la rivière Illinois à certains endroits. Il est donc normal de s’inquiéter face à la présence de ces espèces exotiques envahissantes qui semblent hors de contrôle une fois installées dans un plan d’eau. Toutefois, si la présence de ces espèces a pu être détectée grâce à l’analyse de L’ADN contenue dans l’eau, une technique relativement nouvelle utilisée par le Dr Bernatchez, il se pourrait que nous trouvions une façon de contrôler les populations de ces envahisseurs. Ces défis forcent à l’innovation et à la créativité.

Pour en savoir plus, il est possible de consulter les articles parus dans La Presse et dans Le Devoir. Pour en savoir plus sur la Chaire de recherche du Canada en génomique et conservation des ressources aquatiques et les travaux du Dr Bernatchez, consultez ce lien.

 

Artic Beach

T2 Environnement au Salon des technologies environnementales

Fort de ses nombreuses années à étudier les écosystèmes nordiques, Hugo présente une conférence intitulée Une excursion au cœur de nos écosystèmes nordiques le 16 mars à 14h30 dans le cadre de la session Le Grand Nord : la course aux bonnes pratiques environnementales, Voici le résumé de sa conférence:

Peu d’entre nous ont eu la chance de visiter nos écosystèmes nordiques, le réseau routier étant peu développé à ces latitudes au Québec. C’est, dans les faits, un mal pour un bien, car ce manque d’accès contribue largement à la protection de ces milieux sensibles. Je vous invite à visiter ces écosystèmes avec moi. Nous verrons comment ils apparaissent et disparaissent au gré du temps. Nous étudierons comment les écosystèmes terrestres sont répartis en fonction du climat, du paysage et de la géologie. À l’aide d’images, nous découvrirons leur beauté de même que leur diversité en espèces et en habitats. Nous tenterons également de comprendre comment les développer durablement en intégrant davantage leurs particularités dans le déploiement de grands projets. Ces écosystèmes sont  soumis à la pression énorme des changements climatiques et doivent être gérés avec le plus grand soin afin d’assurer la santé environnementale et la prospérité à long terme des Québécois. Venez les explorer et les apprivoiser en ma compagnie. Lien