Distinction diversité biologique 2017br

Remise du prix Distinction Biodiversité

Hugo, à titre de vice-président secteur Biodiversité chez Réseau Environnement, a remis le prix Distinctions Diversité biologique à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu lors de la Cérémonie des Distinctions qui a eu lieu le 22 mars 2017 à Montréal, à l’occasion du 12e salon international Americana.

Ce prix a été décerné à la Ville en raison de son engagement pour la conservation des milieux naturels présents sur son territoire.

Sur la photo de gauche à droite :

  • Marc-André Desjardins, président du conseil d’administration de Réseau Environnement;
  • Robert Cantin, conseiller municipal et président du comité environnement et développement durable de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu;
  • Michel Fecteau, maire de Saint-Jean-sur-Richelieu
  • Francine Van Winden, chef de la Division environnement et développement durable, Saint-Jean-sur-Richelieu;
  • Hugo Thibaudeau Robitaille, vice-président secteur Biodiversité de Réseau Environnement; et
  • Jean Lacroix, président-directeur général de Réseau Environnement.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

 

Cours d'eau

Plan de morcellement dans le cadre d’un projet de développement résidentiel

À l’automne dernier, T2 Environnement a réalisé un mandat de caractérisation et de délimitation de milieux humides et d’un cours d’eau sur un terrain d’une quarantaine d’hectares à vendre afin d’y réaliser un développement résidentiel. L’étude a confirmé la présence de plus de 15 ha de milieux humides et d’un cours d’eau. La présence de ces milieux constitue un frein majeur au potentiel de vente du terrain, car près de 50% du site est couvert d’écosystèmes légalement protégés.

Suite à ce constat, nous avons développé avec des urbanistes, en l’occurrence, Enviro 3D Conseils, un plan concept de morcellement respectant les contraintes et les opportunités environnementales et urbanistiques. Le plan concept permet la construction d’un maximum de résidences dans le respect de la législation municipale tout en minimisant les empiétements sur les milieux humides présents et en évitant d’impacter le littoral et les rives du cours d’eau.

Ce projet, réalisé à coût très compétitif, permet au vendeur d’obtenir une valeur réaliste de sa propriété ce qui facilitera sa vente et facilitera la promotion du projet auprès des autorités municipales concernées, le tout dans une perspective de développement durable et de protection des écosystèmes.

 

Carpe des roseaux

La présence de la carpe asiatique est confirmée au Québec

Le Dr Louis Bernatchez et son équipe, en collaboration avec le ministère des Forêts de la Faune et des Parcs, a confirmé la présence de la carpe asiatique dans les eaux québécoises. Le terme carpe asiatique regroupe quatre espèces : la carpe de roseau, la carpe à grosse tête, la carpe argentée et la carpe noire.

Les conséquences néfastes potentielles sont énormes pour nos écosystèmes aquatiques. Les carpes asiatiques sont bien présentes aux États-Unis et selon Le devoir, elles constituent plus de 90 % de la biomasse animale de la rivière Illinois à certains endroits. Il est donc normal de s’inquiéter face à la présence de ces espèces exotiques envahissantes qui semblent hors de contrôle une fois installées dans un plan d’eau. Toutefois, si la présence de ces espèces a pu être détectée grâce à l’analyse de L’ADN contenue dans l’eau, une technique relativement nouvelle utilisée par le Dr Bernatchez, il se pourrait que nous trouvions une façon de contrôler les populations de ces envahisseurs. Ces défis forcent à l’innovation et à la créativité.

Pour en savoir plus, il est possible de consulter les articles parus dans La Presse et dans Le Devoir. Pour en savoir plus sur la Chaire de recherche du Canada en génomique et conservation des ressources aquatiques et les travaux du Dr Bernatchez, consultez ce lien.